par Jean Luc Bourges, conservateur de musée

2007

En créant son propre vocabulaire et sa propre écriture, empreinte de sensibilité, de passion et d’imagination, Richarme, en héritière du XIXe siècle, a créé une œuvre originale. Cette dernière puise à la fois dans le classicisme de par la construction des toiles mais aussi dans le romantisme par la recherche des effets chromatiques sans oublier le réalisme (pour le choix des sujets) et l’impressionnisme pour la place accordée à la couleur et la lumière.

Cependant il ne s’agit là que d’un héritage car l’œuvre de Richarme s’inscrit pleinement dans son siècle : elle emprunte à tous les mouvements artistiques qui ont animé cette période, soit des idées, soit des techniques, soit principalement des démarches intellectuelles caractéristiques comme les recherches sur la représentation de l’espace ou encore le rejet de la forme close. Ainsi est née l’œuvre de Richarme qui ne saurait être enfermée dans une classification historique tant elle est diverse et riche (ce qui ne retire rien à sa cohérence), une œuvre qui a l’originalité de se situer à la confluence des grands mouvements du XXe siècle.

Refusant de choisir entre le figuratif et l’abstrait (absence de choix qui lui sera reprochée toute sa vie), Richarme puise dans le cubisme synthétique et analytique des couleurs et une tendance à la fragmentation mais aussi dans le futurisme par son attrait pour le mouvement et la technique. Comme les peintres abstraits, elle s’attache à faire de ses travaux la traduction d’une recherche et d’un processus vivant, se concentrant sur la couleur, la forme et/ou la composition. Comme les nouveaux réalistes, elle reste attachée à la réalité visible à laquelle elle accorde un traitement subjectif où dominent toujours les couleurs.

Il ressort de l’ensemble de cette œuvre, une création profondément ancrée dans son époque, non par une appartenance à un groupe mais par une démarche intellectuelle originale, par une multiplication des recherches artistiques. Loin de toute imitation servile et loin d’une œuvre monolithique confinée dans la simple reproduction d’une technique ou d’un style, le travail de Richarme peut apparaître au premier abord d’une diversité déconcertante mais il n’en est rien. Il est le témoin du travail d’une vie faite de recherches autour des couleurs, de leurs rapports, de leur dialogue mais aussi de leur mésentente et de leurs oppositions.

En quelques mots : une œuvre non qualifiable, car une œuvre unique, fruit du travail d’une artiste unique.

Richarme à RCF

Régine Monod répond aux questions de Lionel Coste pour Radio Maguelonne

Une galerie pour Richarme

Octobre 2020. La galerie de l’Ancien Courrier a l’honneur de représenter désormais l’œuvre de Colette Richarme (1904 -1991) à Montpellier.

L'oeuvre dans les musées

Où voir Richarme en musée ?

Musée Fabre, Montpellier

19 huiles,78 oeuvres papier et 3 carnets

Musée Atger, Montpellier

81 oeuvres papier

Musée Paul Valéry, Sète

12 huiles 82 oeuvres papier et 7 carnets

Musée Albert André, Bagnols-sur-Cèze

21 huiles et 14 oeuvres papier

Musée d’Art Sacré, Pont St Esprit

14 huiles, 44 oeuvres papier et 1 carnet

Musée Calvet, Avignon

1 huile

Centre national Jean Moulin, Bordeaux

1 huile

Musée Hofer-Bury, Lavérune

1 huile et sa gouache préparatoire

Médiathèque centrale Emile Zola, Montpellier

Des écrits et des oeuvres papiers

Centre de la mémoire, Oradour

1 livre poème illustré

Archives départementales d'Annecy, Annecy

En dehors des musées, Richarme est aussi visible dans la région de Montpellier

Contact

Email: info (arobas) richarme (point) fr

en remplaçant les signes entre paranthèses
ou utilisez le formulaire ci-contre